Crée en moi un coeur pur

Traduction du document de la Conférence des Evêques des Etats-Unis d'Amérique : Crée en moi un coeur pur, une réponse pastorale à la pornographie. Novembre 2015.

Crée en moi un cœur pur

Une réponse pastorale à la pornographie

 

 

***

 

Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis

Novembre 2015

 

***

Le document "Crée en moi un coeur pur : une réponse pastorale sur l'usage de la pornographie" a été rédigé par le comité pour les fidèles laïcs, le mariage, la vie familiale et la jeunesse de la Conférence des Evêques Catholiques des Etats Unis  (USCCB). Il a été approuvé lors de son assemblé plénière de novembre 2015. Il a été autorisé pour publication par les soussignés.

 

Msgr. Ronny E. Jenkins

Secrétaire Général, USCCB

 

***

 

La version Pdf des évêques américains

Create-in-Me-a-Clean-Heart-Statement-on-Pornography

 

La version Pdf de la traduction

Crée en moi un coeur pur

 

Traduction : Mgr Bruno Feillet

 

 

Note du traducteur

Les citations bibliques ont été reprises à partir de la nouvelle tradition liturgique (© AELF 2013).

Les citations du Catéchisme de l’Eglise Catholique (CEC) ont été prises dans la version française (© Mame – librairie Editrice Vaticane, 1992) ».

 

Le document « Create In Me A Clean Heart, A Pastoral Response to Pornographie » et toutes les sources annexes peuvent être trouvées sur le site de la Conférence des Evêques des Etats-Unis d’Amérique :

http://www.usccb.org/issues-and-action/human-life-and-dignity/pornography/index.cfm

 

Les auteurs ont par ailleurs mentionné leurs sources sous la forme suivante

 

  • Scripture texts in this work are taken from the New American Bible, Revised Edition © 2010, 1991, 1986, 1970 Confraternity of Christian Doctrine, Washington, DC. and are used by permission of the copyright owner. All rights reserved. No part of the New American Bible may be reproduced in any form without permission in writing from the copyright owner.
  • Excerpts from the Catechism of the Catholic Church, second edition, copyright © 2000, Libreria Editrice Vaticana-United States Conference of Catholic Bishops, Washington, D.C. Used with permission. All rights reserved.
  • Excerpts from The Documents of Vatican II, Walter M. Abbott, SJ, General Editor, copyright © 1966 by America Press, Inc. Reprinted with permission. All rights reserved.
  • Congregation for Catholic Education, Educational Guidance in Human Love © 1983, Libreria Editrice Vaticana (LEV), Vatican City State; Pope Francis, Laudato Si’ © 2015, Libreria Editrice Vaticana (LEV), Vatican City State; Pope St. John Paul II, Evangelium Vitae © 1995, Libreria Editrice Vaticana (LEV), Vatican City State. Used with permission. All rights reserved.
  • Copyright © 2015, United States Conference of Catholic Bishops, Washington DC. All rights reserved. No part of this work may be reproduced or transmitted in any form or by any means, electronic or mechanical, including photocopying, recording, or by any information storage and retrieval system, without permission in writing from the copyright holder.

ISBN 978-1-60137-527-8

 

 

Table des matières

 

I.          Introduction

 

II.          La beauté et la vocation de la personne humaine en Christ

Créé à l’image de Dieu et appelé à l’amour.

Le don et le langage du corps.

La chasteté : une saine vision de la sexualité humaine.

Péché et rédemption.

 

III.        Faire la lumière sur le péché de pornographie.

Définir la pornographie.

Pourquoi la pornographie est une grave offense contre la chasteté et la dignité humaine ?

Les conséquences du péché.

Le lien de la pornographie aux autres péchés.

 

IV.        L’invasion culturelle de la pornographie : contexte et perspectives.

Des victimes très diverses

Une visibilité envahissante.

Pornographie "acceptable" et mythe de l’innocuité.

La technologie au service de la pornographie.

Une industrie du péché.

Contenu.

Utilisateurs et vulnérabilité croissante.

 

V.         Un regard plus précis sur les effets de la pornographie.

Les hommes.

Les femmes.

Addiction ou dépendance.

Les enfants et la jeunesse.

Mariage et futurs mariages.

Autorité parentale et vie familiale.

 

VI.        L’Eglise comme « hôpital de campagne » : miséricorde, guérison et espérance en Christ

A ceux qui ont été exploités par l’industrie pornographique.

A ceux qui sont coupables d’exploiter des personnes dans des productions pornographiques

Aux hommes et femmes qui regardent de la pornographie.

A celles et ceux qui ont été blessés par l’utilisation de la pornographie par leur conjoint

A tous les parents.

A tous ceux qui travaillent avec les enfants et les jeunes.

Aux jeunes.

Aux pasteurs et aux membres du clergé.

A toutes les personnes de bonne volonté.

 

VII.       Conclusion : le Seigneur est riche en miséricorde.

Prière.

Annexe.

 

 

 

I. Introduction

 

« Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu. » (Ps 51, 12)

 

En tant que pasteurs de l’Eglise catholique, nous offrons ce rapport pour donner une parole d’espoir et de guérison à ceux que la pornographie a pu blesser et pour réveiller les consciences sur son omniprésence et sa dangerosité.[1] Au confessionnal et dans notre ministère et travail quotidiens avec les familles, nous avons vu les dommages corrosifs dus à la pornographie – des enfants dont l’innocence est volée ; des hommes et des femmes qui se sentent gravement coupables et honteux de regarder de la pornographie occasionnellement ou habituellement ; des épouses et des époux qui se sentent trahis et traumatisés ; sans oublier les hommes, les femmes et les enfants exploités par l’industrie pornographique. Tandis que la production et l’utilisation de la pornographie a toujours été un problème, on a vu ces dernières années son influence croître de manière exponentielle, principalement en raison d’Internet et des technologies mobiles. D’aucuns ont même évoqué à son propos de crise de santé publique. D’une façon ou d’une autre, chacun est affecté par l’utilisation croissant de la pornographie dans la société. Nous souffrons tous de ses effets négatifs et de la vision dévoyée de la personne humaine et de la sexualité. Comme évêques, nous sommes appelés à proclamer à nouveau la miséricorde inépuisable et le salut que nous trouvons dans le Dieu de Jésus-Christ, notre Seigneur et notre Sauveur, ainsi qu’à travers son Eglise.

Les destinataires de ce rapport sont nombreux parce que la pornographie affecte la vie de très nombreuses personnes et requière la collaboration et la détermination de chacun d’entre nous pour contrer sa dangerosité. Ce document s’adresse en premier lieu aux parents, au clergé, aux responsables diocésains et paroissiaux, aux éducateurs, aux professionnels de la santé psychique, et à tous ceux qui sont en position d’aider et de protéger des enfants de la pornographie et de guérir les hommes, les femmes et les jeunes qui ont été affectés par son utilisation. Nous espérons aussi que ce rapport sera d’une grande aide pour les hommes, les femmes et les jeunes qui regardent eux-mêmes de la pornographie, que ce soit occasionnellement ou habituellement, ou pour ceux qui ont été les victimes de la pornographie. Pour conclure, nous nous adressons à tous ceux avec qui nous partageons une vie de foi ainsi qu’à toutes les personnes de bonne volonté qui veulent collaborer à une culture de pureté qui promeut la dignité de chaque personne et la dimension sacrée de la sexualité humaine.

Le contenu de ce rapport est très vaste en raison des très nombreux aspects de ce sujet. Il est structuré comme suit :

  • Une présentation générale de l’enseignement de l’Eglise sur la sexualité, la personne humaine et la chasteté.
  • Une explication de la nature peccamineuse de la pornographie et de sa dangerosité.
  • Une enquête sur les très nombreuses conséquences de la pornographie dans notre culture.
  • Une attention plus précise sur les conséquences de la pornographie sur les hommes, les femmes, les jeunes et les enfants.
  • Une parole d’espérance et de salut à ceux qui ont été blessés par la pornographie.
  • Une annexe avec un lien vers des ressources ciblées pour des publics particuliers.

Nous envisageons de développer d’autres ressources ciblées pour étoffer ce rapport.

Nous prions ardemment pour que ce rapport s’ajoutera aux nombreux efforts déjà entrepris pour aider les hommes, les femmes, et les jeunes pour éviter le péché de pornographie et à embrasser la liberté et la pureté de la vie dans le Christ. Se libérer de la pornographie est possible ! Personne ne devrait affronter seul cette bataille.

 

II. La beauté et la vocation de la personne humaine en Christ

 

« Mais tu veux au fond de moi la vérité ; dans le secret, tu m'apprends la sagesse. » (Ps 51, 8)

 

Au commencement de la création, le magnifique plan de Dieu pour l’amour humain était inscrit dans le cœur et le corps de l’homme. « Il les créa homme et femme. » (Gn 1, 27). L’Eglise garde, contemple et transmets ce qu’elle a reçu du Christ. Elle a la mission importante de suivre son Seigneur et, comme lui, d’aider le monde à redécouvrir le plan de Dieu « au commencement » (cf. Mt 19, 4 ; Mc 10, 6). La lumière du Christ illumine la véritable beauté et la vocation de la personne humaine, et c’est une lumière qui doit être transmise de personne à personne, jusqu’à proposer une rencontre avec le Seigneur[2].

 

Créé à l’image de Dieu et appelé à l’amour

 

Dieu a créé la personne humaine, homme et femme, à son image et à sa ressemblance, comme la couronne de sa création. Chacun est un don avec l’inviolable dignité d’une personne. « Je reconnais devant toi le prodige, l'être étonnant que je suis : étonnantes sont tes œuvres » (139, 14).

Ce n’est qu’en Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme, que le mystère et l’identité de la personne humaine est pleinement révélé. « Le Christ […] manifeste pleinement l’homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation »[3]. En Christ, nous reconnaissons que chaque personne est créée pour être enfant de Dieu, un fils ou une fille dans le Fils (cf. Rm 8, 14-17). Nous sommes chacun bien-aimé de Dieu notre Père. C’est une véritable bonne nouvelle

« Dieu est amour » (Jn 4, 8), communion trinitaire du Père du Fils et du Saint Esprit.[4] Parce que chacun de nous est créé à l’image de Dieu, nous sommes appelés – et c’est notre vocation – à l’amour et à la communion[5]. Chaque homme est fait pour une relation d’amour avec Dieu et avec les autres. Jésus, dans sa vie, dans son ministère et ultimement dans sa mort et sa résurrection salvifiques, nous montre le chemin de l’amour comme un don de soi, sacrificiel et fécond. Chaque homme et femme, appelé au mariage ou non, a une vocation fondamentale au don de soi et à l’amour fécond en imitation du Seigneur[6].

 

Le don et le langage du corps

 

Les hommes et les femmes découvrent l’appel à l’amour écrit dans leur propre corps. La personne humaine est constituée par l’unité d’une âme et d’un corps, et le corps participe de la dignité et de l’image de Dieu.[7] Le corps révèle ou « exprime la personne. »[8] Il exprime d’une manière visible son âme invisible et manifeste son identité masculine ou féminine.

Le pape saint Jean-Paul II s’est souvent référé à « la signification sponsale du corps. »[9] Il enseignait que le corps, dans sa dimension masculine ou féminine, est constitué avec son propre langage – un langage du don et de la communion des personnes. Nos corps nous disent que nous venons d’un autre. Nous ne sommes pas auto-créé ni fondamentalement isolés. Au lieu de cela, nous sommes chacun un fils ou une fille. Nous sommes en relation avec les autres dès le commencement de notre existence, d’abord avec notre mère et notre père, et à travers eux, avec toute la famille humaine. Nos corps aussi nous disent que nous sommes « pour » autrui, que nous avons la capacité d’une communion féconde avec autrui, en particulier avec une personne du sexe opposé si nous sommes appelés au mariage. Un appel aux épousailles et à l’amour fécond est inscrit dans nos corps. Cet appel est réalisé dans le mariage aussi bien que dans le célibat ou la virginité pour l’amour du Royaume (voir le célibat presbytéral et la vie consacrée). En nous donnant nous-mêmes par amour, nous accomplissons la signification de notre existence : « L’homme… ne peut se trouver pleinement lui-même sinon à travers le don sincère de lui-même. »[10]

En raison de la magnifique signification et dignité reflétées par nos corps – lesquels reflètent nos véritables moi – nos corps devraient être traités avec le plus grand respect. Nous, et par conséquent nos corps, ne sont pas destinés à être utilisés mais aimés. Ainsi que Karol Wojtila (St Jean-Paul II) l’a enseigné, le contraire de l’amour n’est pas la haine mais l’utilisation d’une personne, comme s’il ou elle était un objet.[11] Aimer autrui, c’est les reconnaître comme le don qu’ils sont, chercher ce qui est bon et meilleur pour eux, et ne jamais les utiliser et, par-là, les réduire à des objets qui seraient moins que des personnes. Le corps n’est pas un objet, une matière biologique accessible à la manipulation, il est plutôt inséparable de ce que nous sommes.[12]  Ainsi le Pape François a insisté sur le fait « qu’apprendre à accepter notre corps, à prendre soin de lui et à respecter sa plus profonde signification est un élément essentiel de toute écologie humaine intégrale. »[13]

 

La chasteté : une saine vision de la sexualité humaine

 

La vertu et la vocation de chasteté est essentiel à l’amour dans toutes ses formes.[14] La chasteté signifie « l’intégration réussie de la sexualité à l’intérieur de la personne »[15], et ainsi la réalisation de la maîtrise de soi et de la liberté intégrale dans la dimension sexuée des actes humains. C’est « une vertu qui nous permet de faire ce qui juste, bon, et vraiment aimant dans le contexte des relations humaines et de la sexualité. »[16] La chasteté intègre nos désirs intérieurs pour le plaisir sexuel dans notre poursuite plus globale d’une perfection morale et de la sainteté. La chasteté peut être « un mot impopulaire », mais le Pape François a rappelé que l’amour est chaste.[17] « Chacun d’entre nous dans la vie a traversé des moments au cours desquels cette vertu a été très difficile, mais c’est en fait le chemin de l’amour intégral, d’un amour qui est capable de donner sa vie, lequel ne cherche pas à utiliser l’autre pour son propre plaisir. »[18]

La chasteté est opposée à la luxure qui est un désir désordonné pour le plaisir sexuel détaché de la véritable signification de la sexualité et de l’amour conjugal.[19] Alors que la luxure utilise autrui comme moyen pour obtenir des gratifications sexuelles, la chasteté considère l’ensemble de la personne, corps et âme, par-delà ses qualités sexuelles. Cela nous aide de reconnaître la grande bonté et la profonde signification de la sexualité humaine et du désir sexuel ordonné à l’amour d’un homme et d’une femme dans le mariage.[20] La personne chaste cherche à cultiver la vertu de modestie, laquelle inspire ses choix d’habillement et de comportement, fruits de la considération de la dignité, et même du mystère, que l’on a pour soi-même et pour les autres, une considération qui inclut une estime et un respect pour le corps humain.[21] Bien que mener une vie chaste soit « un travail long et exigeant »[22], c’est aussi un chemin d’épanouissement de notre humanité. La chasteté nous appelle à nous appuyer sur la grâce de Dieu et à persévérer avec courage en vue de résister à la tentation et de prendre la juste décision au moment des choix difficiles.

Chacun d’entre nous est appelé à mener une vie chaste. Dans le mariage, la chasteté prend la dimension d’un amour permanent, fidèle, et fécond et inclut les expressions intimes et sexuelles de l’amour.[23] La bonté du plaisir sexuel trouve sa place particulière dans la rencontre du mari et de la femme. Au cours de la célébration de leur mariage, par les engagements prononcés devant Dieu et l’Eglise, un homme et une femme, librement et sans réserve, se donnent l’un à l’autre comme époux et épouse. L’amour conjugal est un tout englobant incluant le don total de soi, ouvert à une nouvelle vie. Comme l’attestent les saintes écritures, cet amour chaste et saint reçoit sa signification de son analogie avec l’amour fidèle et fécond de Dieu (cf. Ep 5, 32).[24]

 

Péché et rédemption

 

Dieu nous a créé par amour et pour l’amour, mais nous savons que toute l’histoire est marquée par le péché de nos premiers parents et par notre propre péché.[25] Le péché altère nos relations avec Dieu, nous-mêmes, les autres et toute la création. Nous avons tous besoin de la grâce du Seigneur, en particulier de sa miséricorde et de son salut.

Les saintes Ecritures témoignent du danger particulier que le péché cause au sein de la relation entre l’homme et la femme (cf. Gn 3, 7 sv). Avec le péché originel, l’expérience de la concupiscence (l’inclination au péché) est entrée dans l’histoire humaine tant et si bien que nous souffrons et nous mourons.[26]  La communion originelle de l’homme et de la femme est désormais menacée par le péché et en particulier celui de la luxure.

Mais nous savons que le péché n’a pas le dernier mot. Le Christ a racheté l’humanité et a rendu possible pour nous, non seulement d’accomplir la loi de Dieu, mais aussi de mener une vie nouvelle de liberté dans le Saint-Esprit.  En Jésus, la rédemption et le salut sont offerts à toute personne. « Guérissant les blessures du péché, l’Esprit Saint nous ‘renouvelle intérieurement par une transformation spirituelle’. Il nous éclaire et nous fortifie… »[27] L’Evangile est en vérité une très bonne nouvelle

Nos corps et la sexualité sont inclus dans le travail de rédemption du Christ, ce qui conduit à une nouvelle création qui est accomplie dans la gloire du retour final du Royaume de Dieu (cf. Rm 8, 18-23). Le corps humain a une si grande dignité ! Par l’incarnation, le divin Fils a assumé complètement notre nature humaine, corps et âme. Par sa résurrection, nous espérons la résurrection de nos propres corps. Par le baptême, nos corps sont fait temples de l’Esprit Saint (cf. 1 Co 6, 19). Il est certain qu’aucun d’entre nous n’est libéré de la faiblesse et de la concupiscence qui demeure après le baptême. Chacun d’entre nous est pris dans le drame du péché et de la rédemption ; nous sommes confrontés au défi de repousser l’orgueil et de nous rapprocher toujours plus du parfait amour. Mais le Seigneur nous invite avec toute nos faiblesses à lui faire confiance et à demeurer en Lui : « Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse » (2 Co 12, 9).

 

III. Faire la lumière sur le péché de pornographie

 

« Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. » (Ps 51, 3)

 

L’enseignement de l’Eglise sur le danger et la gravité du péché de la pornographie est d’abord fondé sur le « Oui » ou l’affirmation de la dignité inviolable de la personne humaine pleinement révélée en Christ et du don de la sexualité humaine et du mariage dans le plan de Dieu. Lorsque l’Eglise suit le Seigneur en valorisant la vérité de la personne humaine, cela implique qu’elle rejette tout ce qui pourrait nuire à cette vérité. Ce plus grand « Oui » au Seigneur met en lumière, a contrario, le « Non » à la noirceur du péché et à l’injustice. Dans notre devoir de pasteurs et de bergers d’annoncer le Christ, nous devons clairement affirmer que toute pornographie est immorale, particulièrement nuisible et que son utilisation peut conduire à d’autres péchés et même, éventuellement, à des crimes.[28]

 

Définir la pornographie

 

Le catéchisme de l’Eglise catholique définit la pornographie en ces termes :

La pornographie consiste à retirer les actes sexuels, réels ou simulés, de l’intimité des partenaires pour les exhiber à des tierces personnes de manière délibérée. Elle offense la chasteté parce qu’elle dénature l’acte conjugal, don intime des époux l’un à l’autre. Elle porte gravement atteinte à la dignité de ceux qui s’y livrent (acteurs, commerçants, public), puisque chacun devient pour l’autre l’objet d’un plaisir rudimentaire et d’un profit illicite. Elle plonge les uns et les autres dans l’illusion d’un monde factice.[29]

 

Selon ce passage, le statut de la pornographie est clair : produire ou utiliser de la pornographie est une faute grave. Selon son objet, c’est une matière grave. C’est un péché mortel s’il est commis avec pleine conscience et un consentement délibéré. L’ignorance involontaire et les facteurs qui affectent la volonté et la liberté de l’acte peuvent diminuer la culpabilité morale de l’acte.[30] Ce péché a besoin du pardon du Seigneur et doit être confessé dans le cadre du sacrement de la pénitence et de la réconciliation. Les dommages qu’il cause à la personne elle-même, à ses relations, à la société et au corps du Christ ont besoin d’être soignés. La pornographie ne peut jamais être justifiée car elle est toujours mauvaise.

La pornographie ne se résume pas au visionnement d’images (qui peuvent être réelles, virtuelles ou générées automatiquement par ordinateur) mais elle peut être aussi expérimentée sous des formes écrites ou sonores (ainsi certains textes romantiques, la littérature érotique, des conversations téléphoniques, sur les réseaux sociaux, les discussions et les vidéos en ligne…). Elle comprend la pornographie « soft » que l’on distingue parfois de la pornographie « hard ». C’est une distinction artificielle ; toute pornographie est nuisible et mauvaise, même si les effets sur une personne peuvent varier selon l’intensité du contenu. La pornographie n’est pas un art.[31]

 

Pourquoi la pornographie est une grave offense contre la chasteté et la dignité humaine ?

 

Visionner délibérément de la pornographie est un péché grave contre la chasteté. L’intimité sexuelle et le plaisir qui en découle sont des dons de Dieu et doivent rester personnels et privés, et dont on ne peut jouir que dans les liens sacrés du mariage. Cette intimité ne doit pas être exposée ou regardée par aucune autre personne, même si cette personne est son propre conjoint. Le corps humain ne doit pas être dévoilé ou traité comme un objet sexuel ni être réduit à un stimulant érotique. Jésus est clair lorsqu’il enseigne que l’immoralité sexuelle ne dépend pas seulement de la matérialité de l’acte mais provient aussi du cœur de l’homme. : « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère.  Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur » (Mt 5, 27-28). Quelque soient les relations qui existent entre deux êtres, le seul fait de regarder une autre personne avec désir – comme un objet sexuel pour en jouir, la contrôler ou l’utiliser – est déjà un péché. C’est un regard désordonné sur la personne parce qu’il est tourné vers un usage comme on le fait pour des objets, alors que l’amour nous met en rapport avec des personnes. C’est pourquoi la pornographie ne peut jamais être justifiée, même à l’intérieur du mariage.[32]

De même, la pornographie est un péché grave contre la dignité humaine. Ainsi que l’affirme le catéchisme, filmer, ou prendre des images des parties intimes du corps ou des actes sexuels blessent gravement les personnes qui en sont les « acteurs » mais aussi les responsables de ces productions sans oublier le grand public.[33] La pornographie déshumanise les personnes représentées en les transformant en des objets à utiliser. Ceux qui produisent et distribuent de la pornographie nuisent au bien commun en encourageant et même en provoquant le péché d’autrui. Ils nuisent sérieusement aux femmes et aux hommes qui acceptent d’apparaître dans des productions pornographiques, souvent en quête d’argent ou ayant perdu le sens de l’estime d’eux-mêmes.[34] Pire encore, en certains cas, les pornographes profitent de ceux qui ne peuvent même pas donner leur accord – comme les enfants et les victimes des trafics humains – dans les deux cas, ce sont des péchés graves et des crimes odieux.

 

Les conséquences du péché

 

Le péché offense Dieu et blesse toujours la personne qui le commet aussi bien que la communauté. Choisir avec pleine connaissance et entier consentement quelque chose qui est gravement contraire à la loi divine, c’est commettre un péché mortel[35], lequel « détruit en nous la charité sans laquelle la béatitude éternelle est impossible ».[36] Le péché mortel brise la relation personnelle de la personne avec Dieu et met en danger son salut. On a besoin du pardon à chaque fois que nous péchons, et il est toujours disponible dans le sacrement de la pénitence et de la réconciliation. Sans cesse le Christ a manifesté sa grande miséricorde aux pécheurs, non pas en les condamnant mais en leur disant « va et ne pèche plus » (voir Jn 8, 1-11). Cependant, persister dans le péché peut rendre plus difficile l’écoute de l’appel de Dieu à répondre à son offre de miséricorde, spécialement si on est entré dans une addiction.

L’utilisation de la pornographie blesse l’utilisateur par sa capacité à potentiellement diminuer sa capacité à vivre une vie intime et des relations saines et humaines. Elle présente une vision déformée de la sexualité humaine qui est le contraire d’un amour authentique, et elle nuit au sentiment d’estime de soi de la personne. Son utilisation occasionnelle peut évoluer vers une fréquence plus élevée et aboutir à une addiction à la pornographie qui est un problème croissant comme on le verra plus bas.  Le péché altère aussi la communauté. Il peut augmenter l’isolement entre les personnes en raison du sentiment de honte et de culpabilité qu’il génère. Il brise la confiance entre les membres d’une famille, il affaiblit la capacité des parents et des autres adultes à être des modèles vertueux pour les enfants.

 

Le lien de la pornographie aux autres péchés

 

L’utilisation de la pornographie est liée ou peut conduire à d’autres péchés en plus de ceux que l’on a déjà évoqué, spécialement la masturbation. La masturbation délibérée, qui est une stimulation érotique souvent conduite jusqu’à l’orgasme, est pratiquée habituellement avec l’utilisation de la pornographie. Alors que la culture populaire admet la masturbation comme largement acceptable, elle est toujours gravement contraire à la chasteté et la dignité de la personne.[37] Comme d’autres péchés contre la chasteté, elle cherche le plaisir sexuel hors du don de soi mutuel et de l’intimité féconde des époux dans le mariage, et même dans ce cas, en dehors de toute relation. De plus, l’engagement dans une pratique masturbatoire a des effets neurologiques puissants qui peuvent conduire à un comportement hautement addictif.[38] Cependant, une véritable libération de cette habitude destructrice est possible avec la grâce du Christ.

Comme on l’évoquera plus loin, l’utilisation de la pornographie a aussi des liens directs avec des péchés comme l’adultère, la violence domestique, l’abus sur les enfants dans le cadre de la pornographie infantile et le commerce sexuel. Il peut aussi être impliqué dans la contraception, l’avortement, étant donné qu’il promeut et même valorise une promiscuité et une vision de la sexualité éloignée de l’amour et de l’ouverture à la vie.

En résumé, la pornographie présente et promeut une vision déformée de la sexualité humaine dans laquelle la personne dépeinte, homme ou femme, est traitée simplement comme un objet de plaisir. La pornographie non seulement participe à ce que le Pape François a condamné comme la « culture du gaspillage » où les choses et les personnes sont utilisées et mises au rebut, mais elle la prolonge.[39] Elle rejette l’égale dignité et complémentarité de l’homme et de la femme et touche le cœur du plan de Dieu pour la communication entre les personnes en substituant une image de la vision de ses propres désirs libidineux – qui est finalement illusoire – à la réalité d’une relation véritable avec un autre être humain. L’amour, les relations chastes, avec tout ce qu’ils comportent de défis et de combats sont le seul chemin d’une véritable vie intime et commune, ainsi que du bonheur durable.

 

IV. L’invasion culturelle de la pornographie : contexte et perspectives

 

« Oui, je connais mon péché, ma faute est toujours devant moi » (Ps 51, 5).

 

L’Eglise a toujours eu le devoir de « scruter les signes des temps » et de les « interpréter à la lumière de l’Evangile. »[40] La Pornographie, qui n’est pas une nouveauté dans l’histoire humaine, est un signe particulièrement sombre de l’histoire du monde moderne, un de ceux qui nuit considérablement aux hommes, aux femmes et aux enfants, aux mariages et aux familles. On peut aujourd’hui la considérer comme une structure de péché.[41] Elle a pénétré si profondément dans les secteurs de la société qu’il est difficile de l’éviter et de l’éradiquer. Ses conséquences négatives vont au-delà des actions de chacun. En même temps, comme pour chaque péché, la domination de la pornographie dans notre société est enracinée dans les péchés personnels des individus qui la réalise, la diffuse et la regarde, et ce faisant la maintiennent comme structure de péché. Dans les paragraphes suivants, nous allons, en tant que pasteurs et bergers, évaluer sa présence dans notre société. En imitant Jésus, le divin médecin, nous allons examiner la maladie de la pornographie pour proposer une thérapie appropriée : la miséricorde et l’amour infini de Dieu donnés dans les sacrements et dans l’accompagnement de l’Eglise en faveur de ceux qui luttent résolument pour la pureté.

 

Des victimes très diverses

 

Il y a beaucoup de victimes de la pornographie. Chaque personne qui a pu y tomber est bien aimée de Dieu notre Père et est la fille ou le fils de quelqu’un. Leur dignité a été abusée lorsqu’ils ont été utilisés pour le plaisir et le profit d’autrui. La pornographie a des connexions dans le trafic et l’exploitation commerciale et sexuelle de par le monde,[42] un mal que nous, les évêques, avons condamnés énergiquement.[43] De nombreuses victimes du trafic sexuel (principalement des femmes et des filles) sont contraintes à la prostitution, laquelle peut inclure de la pornographie en guise « d’entrainement » ou comme leur « activité commerciale ».[44] Toute pornographie infantile est automatiquement qualifiée de trafic et de crime parce qu’il implique l’exploitation sexuelle d’un mineur pour un profit commercial et qu’il est contre la volonté de l’enfant en raison de son incapacité à donner son consentement.[45] Les acteurs des films pornographiques affrontent de sérieux risques comme la possibilité de contracter des maladies sexuellement transmissibles (MST) ainsi que l’utilisation à hautes doses de drogues et d’alcool. [46]

Il y a aussi des effets collatéraux à l’utilisation de la pornographie partout dans la culture. Visionner de la pornographie conditionne les hommes (et les femmes) à regarder les autres êtres humains simplement comme objets sexuels[47] plutôt que comme des personnes qui méritent respect et amour. Ils sont entrainés à un « regard pornographique » et à une « habitude de chosification. »[48] Les femmes en particuliers peuvent commencer à se voir et se considérer comme des objets sexuels, s’habillant et agissant de manière sexuelle, même dès le jeune âge,[49] et poursuivant une image idéalisée et falsifiée de la beauté féminine, elles peuvent maltraiter leur corps jusqu’à inclure des désordres d’alimentation. Des femmes et des hommes peuvent ressentir la pression de pratiquer des actes sexuels dégradants que l’on peut voir dans la pornographie.[50] Il y a aussi beaucoup de dommages collatéraux en termes de violence contre les femmes. Une bonne partie de la pornographie inclut de la violence[51] et lorsque, par exemple, des hommes la visionnent, ils sont plus enclins à abuser sexuellement de leur petite amie ou de leur femme.[52]

 

Une visibilité envahissante

 

Les images érotiques, hyper-sexualisées et pornographiques sont plus présentes dans la société américaine que jamais auparavant.  Il est habituel de voir ces images en lisant des revues ou en consultant les réseaux sociaux, en faisant ses courses sur le Web ou au centre commercial, en regardant des films ou la télévision. Les divertissements grand-public eux-mêmes sont devenus hyper-sexualisés. Des romans que l’on classifiait en leur temps « d’érotique » sont désormais choses communes, sans parler des ouvrages à connotation ouvertement sexuelle. Les jeux vidéo, les paroles des chansons, les clips vidéos, les habits et même les costumes sont devenus progressivement plus sexualisés, y compris ceux qui sont destinés aux enfants et aux adolescents.[53] Dans cet environnement, garder un cœur pur est un véritable défi, de même qu’apprendre les limites appropriées pour mener une vie chaste et avoir de saines relations.

 

Pornographie "acceptable" et mythe de l’innocuité

 

La pornographie est souvent mal représentée comme un passe-temps sans danger (usant d’euphémisme comme « divertissement adulte » ou « club pour gentlemen ») voire valorisé comme bon – par exemple comme une aide pour la vie intime des couples. Il n’est pas rare d’entendre parler de la pornographie comme « normale » pour les hommes laissant supposer qu’ils sont « programmés » pour la regarder. Beaucoup de personnes, plus les hommes que les femmes, considèrent que voir de la pornographie, ce n’est pas tricher, c’est-à-dire ne pas être infidèle à son conjoint à sa petite amie ou à son petit ami.[54] La pornographie désensibilise ses adeptes au point qu’ils cherchent et regardent des contenus de plus en plus extrêmes et dégradants au fur et à mesure que leur tolérance croit.[55]

 

La technologie au service de la pornographie

 

La croissance d’Internet est la cause d’une différence dramatique entre la pornographie des décennies passées et celle de notre temps. Alors les médias en ligne peuvent être féconds pour l’évangélisation et la rencontre personnelle,[56] Internet porte aussi le risque de susciter des désirs en vue de gratifications instantanées et de remplacer la présence humaine par « une réalité virtuelle ». En ligne, la pornographie est immédiatement accessible, apparemment anonyme, la plupart du temps gratuite, et a l’apparence d’être un roman sans fin. Cette puissante combinaison a eu des effets dévastateurs sur beaucoup d’hommes et de femmes. La très large disponibilité d’Internet signifie que la pornographie est dans les maisons, au travail et souvent littéralement au bout de ses doigts avec une prévalence pour les objets mobiles. La perception de l’anonymat d’Internet peut inciter une personne à voir des images ou à s’engager dans des activités qu’il ou elle hésiterait à faire hors connexion, et la nouveauté de la pornographie en ligne peut en elle-même être toxique, affectant la chimie du cerveau et séduire les visiteurs en les gardant à l’écran.[57] Contrairement aux revues, Internet n’a pas de dernière page.

 

Une industrie du péché

 

La pornographie est une grosse affaire. Les estimations des revenus se montent facilement à plusieurs milliards de dollars chaque année.[58] L’industrie pornographique est agressive, informée, et à peine régulée quand bien même il est illégal de produire, vendre, posséder ou visionner de la pornographie infantile ou des contenus qualifiés « d’obscènes. »[59] Beaucoup de compagnies investissent lourdement dans des lobbyistes pour pousser des ordonnances sur la « liberté d’expression » et pour contrer les lois sur l’indécence et l’obscénité.[60] Les pornographes utilisent souvent les contenus en ligne gratuits comme appât pour piéger et rendre dépendants de nouveaux utilisateurs qui paieront ensuite pour accéder à des contenus « exclusifs ». Les publicistes ciblent les jeunes hommes, spécialement avec des publicités sexuelles sur les sites de sports populaires et les réseaux sociaux. D’autres entreprises comme les chaines d’hôtel, les industries de câblodistribution et les supermarchés, profitent grandement de l’utilisation étendue de la pornographie et contribuent à son accessibilité. L’industrie pornographique et son influence envahissante est un signe clair que la pornographie est devenue une structure de péché dans notre société.

 

Contenu

 

Toute pornographie exploite à la fois les personnes impliquées et les voyeurs et elle est dépourvu d’amour et de relations. Mais ces sortes de contenus accessibles aujourd’hui deviennent progressivement grossiers, violents, dégradants, et même sataniques avec des représentations manifestes de pratiques occultes. Une majorité de scènes pornographiques incluent des agressions physiques ou verbales, de la violence, et communiquent le message que le sexe est injurieux, brutal et dégradant.[61] Beaucoup de scènes incluent des activités entre personnes de même sexe, représentations qui sont regardées par les visiteurs indépendamment de leurs goûts dans la vraie vie. Les scènes pornographiques impliquent généralement de véritables personnes mais elles peuvent être aussi générées par des ordinateurs.

 

Utilisateurs et vulnérabilité croissante

 

Etant donné que la pornographie est largement et facilement accessible dans notre société d’aujourd’hui, chacun est vulnérable. Beaucoup de personnes se battent avec la pornographie, y compris des fidèles catholiques, des personne de foi et de non foi, des mariés et des célibataires, des pères et des mères, des jeunes et des anciens, des membres du clergé et ceux qui sont dans la vie consacrée.[62] Certains ont seulement vue de la pornographie quelque fois, parfois sans le faire exprès ; d’autres la regardent occasionnellement ; tandis que d’autres encore se considèrent eux-mêmes comme des compulsifs de la pornographie, peut-être malgré les meilleures intentions d’y résister. Alors qu’il y a plus d’hommes que de femmes qui visionnent de la pornographie, le nombre des femmes est en croissance.[63] La pornographie est vue spécialement par les jeunes adultes,[64] et les études montrent que les premières consultations d’images pornographiques se font dès l’âge de onze ans, les garçons étant plus susceptibles d’y être exposés au plus jeune âge et de voir des contenus extrêmes avant l’âge de dix-huit ans.[65]

 

V. Un regard plus précis sur les effets de la pornographie

 

« Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense ». (Ps 51, 4)

 

Tous les hommes et femmes sont créés à l’image de Dieu et sont appelés à aimer Dieu et les autres. L’utilisation de la pornographie altère cette capacité des hommes et des femmes à devenir ce à quoi ils sont appelés. Il leur est plus difficile d’être dans le don de soi, dans des relations mutuellement respectueuses l’un envers l’autre.  Elle attaque la vocation de l’homme à aimer et protéger les femmes et à se sacrifier pour elles et elle affaiblit la capacité d’une femme à aimer et chérir un autre être humain comme un don et à être reçue comme un don. Ici, nous allons porter un regard plus précis sur le prix que fait payer la pornographie sur les hommes et les femmes, les jeunes et les enfants avec une particulière attention au mariage et à la vie familiale.

 

Les hommes

Les hommes sont particulièrement sensibles à la pornographie parce que le cerveau masculin est fortement attiré par les images sexuelles, une sorte de « magnétisme visuel »[66] exploité très agressivement par l’industrie pornographique. Les raisons pour lesquelles un homme pourrait voir de la pornographie vont de la « détente » par une recherche confortable face à des blessures affectives (par exemple une faible estime de soi, le sentiment d’être mal-aimé)[67] au désir d’un sentiment de puissance. Les effets de la pornographie sur ceux qui la visionnent sont mieux documentés et compris. Ils incluent les effets physiologiques, financiers, affectifs, psychiques[68] et spirituels (voir plus bas pour plus d’informations). Ceux qui visionnent des images de la pornographie expérimentent souvent un profond sentiment de honte et une érosion de l’estime d’eux-mêmes. Les hommes en particulier peuvent développer du narcissisme[69] et un accroissement d’attitudes « machistes ». Regarder de la pornographie peu dévoyer sa vision de la sexualité et du mariage[70] ainsi que du sexe opposé et peut créer une confusion sur sa propre identité et ses inclinations sexuelles (confusion exacerbée par le visionnement de pornographie homosexuelle). Spirituellement, comme pour chaque péché, l’utilisation de la pornographie abime la relation avec Dieu. Les utilisateurs croient faussement que Dieu ne pourrait plus jamais les aimer et peuvent désespérer de sa miséricorde et de son salut.

 

Les femmes

 

La pornographie ne concerne pas seulement les hommes. Des femmes regardent de la pornographie pour des motifs similaires à ceux des hommes et expérimentent les mêmes conséquences.[71] Alors qu’il n’est pas rare pour des femmes de regarder de manière compulsive les mêmes contenus extrêmes que les hommes, habituellement, elles ont tendances à se tourner vers des formes de pornographie qui leur promettent des relations et des romances telles que la littérature érotique et les l’utilisation inconvenant des discussions en ligne par vidéo sur les réseaux sociaux.[72] Les femmes doivent affronter d’autres défis comme l’affirmation inexacte que l’utilisation de la pornographie est libérant mais aussi que seuls les hommes seraient concernés par la lutte contre la dépendance à la pornographie ce qui leur cause un profond sentiment de honte et de solitude.

 

Addiction ou dépendance

 

Tant la science que les témoignages attestent que beaucoup de personnes ont commencé par voir de la pornographie occasionnellement pour devenir ensuite des utilisateurs compulsifs qui se sentent piégés dans un cycle de phantasme, de rituel, de passage à l’acte et de désespoir.[73] Le fait de regarder de la pornographie, qui est habituellement associé à une pratique masturbatoire, touche directement le centre de récompense du cerveau et on a noté des conséquences similaires sur le cerveau comme lorsque la cocaïne peut en provoquer chez des personnes dépendantes à la drogue ou chez des alcooliques par rapport à l’alcool.[74] Après avoir visionner de la pornographie, la personne a besoin d’en voir plus, plus souvent et sous des formes de plus en plus extrêmes pour obtenir le même effet. Une personne dépendante à la pornographie peut en devenir obsédée au point de prendre de plus en plus de risques (jusqu’à en voir au travail), et d’éprouver le sentiment de perdre tout contrôle et d’être incapable de s’arrêter.[75] Cette personne peut aussi être dans le déni quant à l’existence du problème.  Alors que la dépendance à la pornographie peut survenir via des contenus gratuits sur Internet, les utilisateurs compulsifs peuvent dépenser de grandes sommes d’argent pour des contenus « exclusifs » en ligne, se rendre en club, ou rencontrer des prostitué(e)s.[76] La culpabilité morale des personnes dépendantes peut être amoindrie selon les circonstances, mais la situation est particulièrement grave.[77] Ces dépendances sont très difficiles à renverser et il est nécessaire d’avoir de l’aide pour recouvrer sa liberté.  Nous invitons les nombreuses personnes, hommes et femmes, qui souffrent de la dépendance à la pornographie à faire confiance à la miséricorde du Seigneur, à chercher de l’aide, du soutien et des ressources. (Cf. l’annexe).

 

Les enfants et la jeunesse

 

Les jeunes sont nés dans l’univers du numérique et ont grandi immergés avec Internet, et souvent, ils sont plus habiles pour naviguer dans ce monde que leurs parents.[78] On estime que l’âge moyen pour une première expérience pornographique est de onze ans,[79] beaucoup d’enfants ont été exposés à la pornographie à un âge plus jeune. Presque la totalité des jeunes gens et la moitié des jeunes filles ont vue de la pornographie à 18 ans, souvent par hasard, par exemple en tombant sur « la cachette » d’un membre de la famille ou en tombant sur un site pornographique via des fichiers pop-up ou des fautes de frappes.[80] En d’autres occasions, un enfant peut chercher sur Internet la signification d’un mot qu’il ou elle a entendu et qu’il n’a pas compris, ou, par curiosité, rechercher intentionnellement de la pornographie. Il arrive que des parcours d’éducation sexuelle présentent la pornographie de manière neutre voire connotées positivement. En certaines occasions, elle a pu être utilisée comme « un moyen d’éducation. »[81] Des enfants et des adolescents expérimentent la pression de leurs pairs et même de leur famille pour voir de la pornographie. De plus en plus, des jeunes produisent eux-mêmes de la pornographie sous la forme d’images ou de vidéos sexuelles qu’ils partagent avec leurs pairs.[82] Cette pratique de « sexting » est parfois associée à des comportements sexuels à risque,[83] à de la pornographie infantile,[84] et même, de manière tragique, peut conduire au suicide lorsque les images sont partagées à des destinataires non souhaités.[85]

L’exposition à la pornographie peut être traumatisant pour les enfants et les jeunes. Le visionnement de scènes pornographiques leur vole innocence, et leur donne une image déformée de la sexualité, des relations, des hommes et des femmes et cela peut affecter leur comportement. Cela peut aussi les rendre plus vulnérables aux abus sexuels puisque leur compréhension des comportements corrects peut être altérée.[86] Un enfant qui est exposé à la pornographie peut éprouver un mélange de plaisir, de souffrance, de dégoût, de culpabilité et de curiosité. Sans la présence d’un parent ou d’un autre adulte à qui il peut parler en confiance de tous ces sentiments, un enfant peut s’éloigner de ses relations familiales et retourner voir de la pornographie pour essayer de comprendre ce qu’il a ressenti. Les enfants et les adolescents qui regardent de la pornographie reçoivent, en effet, une éducation sur la sexualité à partir de ce qu’ils voient.  Il est alors plus probable qu’ils vont accepter plus facilement les relations sexuelles avant le mariage,[87] de regarder les femmes comme des objets sexuels[88] et de surestimer l’importance de certaines pratiques sexuelles dégradantes.[89] Ils tendent à s’engager plus précocement que leurs pairs[90] dans une activité sexuelle et sont plus susceptibles d’avoir des comportements sexuels à risques,[91] comme le risque de devenir enceinte pour les filles (ou de mettre enceinte une fille pour les garçons) ou de contracter une MST. Ils ont un risque accru de venir sexuellement dépendant dans leur vie future.[92]  Pour les filles, une société hyper sexualisée en général et la pornographie en particulier peut contribuer à une baisse de l’estime d’elle-même, des désordres alimentaires et conduire à une dépression.[93] Les données montrent que les enfants fréquemment exposés à la pornographie sont plus susceptibles d’harceler ou d’agresser sexuellement d’autres enfants, imitant par-là les comportements qu’ils ont pu observer.[94]

Tragiquement, des enfants et des jeunes sont aussi victimes lorsqu’ils sont forcés ou contraints de participer à des productions de pornographie infantile. La pornographie infantile est illégale,[95] elle relève de l’abus sexuel et prend la forme du trafic d’êtres humains parce qu’un enfant est inapte à donner son consentement.[96] Il y a beaucoup de raisons qui pourraient conduire un enfant à devenir une victime de la pornographie infantile, spécialement l’extrême pauvreté, la négligence de ses parents ou protecteurs, ou par la manipulation d’enfant pornographe eux-mêmes.[97] Les enfants et les jeunes qui sont ainsi exploités sont confrontés à des conséquences graves et ont besoin de beaucoup de moyens pour guérir tant sur le plan affectif, psychologique que physique. La plupart d’entre eux ont besoin de savoir que l’abus sexuel dont ils ont été victimes n’était pas de leur faute ni leur choix, quelle que soit la façon dont les agresseurs ont pu les tromper.

 

Mariage et futurs mariages

 

L’utilisation ou la création de pornographie à l’intérieur du mariage est toujours mauvais et ne peut jamais être justifié.[98] Elle blesse la chasteté conjugale et la dignité des époux. La pornographie à l’intérieur du mariage altère sérieusement la confiance et l’intimité des époux non seulement par l’utilisation de la pornographie elle-même mais aussi dans la tromperie qui réside dans le fait qu’elle concerne un des époux qui cache son comportement à l’autre conjoint. La pornographie a été identifié par les avocats spécialisés dans les divorces comme un des facteurs majeurs pour la moitié des divorces.[99] Les époux qui découvrent la pratique pornographique de leur conjoint se sentent souvent trahis et beaucoup éprouvent un sentiment de traumatisme semblable au syndrome de stress post-traumatique.[100] Les données montrent aussi que les maris et les femmes qui regardent de la pornographie sont plus probablement impliqués dans des relations extra-conjugales.[101] Contrairement à l’idée commune qui voudrait que la pornographie puisse être une aide pour la vie conjugale intime, l’utilisation de la pornographie conduit à une diminution de la satisfaction sexuelle, à une perte d’intérêt pour le sexe[102] et peut conduire à une impuissance chez les hommes.[103] Un des époux peut se sentir dégradé par la requête de l’autre conjoint pour des pratiques sexuelles relevant propres à la pornographie.[104] A contrario, le plan de Dieu pour le mariage et la chasteté à l’intérieur du mariage apporte un véritable bonheur et une véritable intimité aux couples ; l’Eglise veut ceci pour tous les maris et toutes les femmes.

Les hommes et femmes célibataires qui regardent de la pornographie ont plus de difficultés à discerner et à embrasser une vocation, que ce soit celle du mariage, de la prêtrise ou de la vie consacrée. Elle peut altérer leur capacité à entrer et à se maintenir dans une vie qui requiert le don de soi dans une relation de confiance et de respect mutuels, pour une part parce qu’elle entraine ceux et celles qui la regardent à utiliser une autre personne pour leur propre plaisir sexuel. La pornographie accroit la solitude et décourage les jeunes adultes de se lancer dans l’effort où la relation à la première place parce qu’elle promet une « satisfaction » en provenance d’une source qui n’a aucune exigence en retour.[105] Sans aucun doute, la pornographie nourrit une culture de la drague en valorisant les rencontres sexuelles sans lendemain.[106] Un jeune homme peut prendre le risque de gagner le cœur d’une femme ; mais il ne prend aucun risque à voir des images sur son ordinateur. En raison de la honte et des sentiments de déconsidération d’eux-mêmes, les jeunes adultes peuvent ne plus ressentir qu’ils « méritent » une relation réelle et saine.

 

Autorité parentale et vie familiale

 

Dans son message de Carême 2014, le Pape François remarquait « combien sont grandes les souffrances dans les familles en raison d’un seul de ses membres – souvent un jeune – qui se trouve sous l’emprise de l’alcool, des drogues, des jeux de hasards ou de la pornographie. »[107] Les parents d’aujourd’hui doivent faire face aux défis croissants que réclame la protection de l’innocence de leurs enfants. La pornographie peut entrer à la maison via de nombreuses portes. La plus évidente est celle des médias et de la technologie qui inclut non seulement les ordinateurs, les tablettes et les téléphones mobiles mais aussi les jeux vidéo connectés à Internet. Beaucoup de parents ne sentent pas armés pour comprendre les différents appareils qu’utilisent leurs enfants, les laisser seuls sans surveillance ou installer des filtres de contrôles parentaux. Un autre défi auquel les parents doivent faire face sont les différentes circonstances comme les colonies ou les sorties où les enfants peuvent être exposés à la pornographie par leurs pairs voire par d’autres adultes alors que leurs parents ne sont pas présents.

L’utilisation de la pornographie par n’importe qui à la maison prive cette dernière de son rôle de refuge et a des effets négatifs pour toute la famille et à travers les générations. Les parents qui se battent contre la dépendance à la pornographie gaspillent leur temps en la regardant et ils peuvent ajouter une charge financière sur la famille à cause de leur compulsion. La dimension paternelle est gravement affectée parce que un fils regarde son père comme un modèle et parce qu’une fille regarde son père pour comprendre comment un homme doit se comporter à l’égard d’une femme. Dernièrement, étant donnée la forte corrélation entre la pornographie et le divorce, beaucoup d’enfants souffrent des effets du divorce de leurs parents comme un « dommage collatéral » de l’utilisation de la pornographie.

 

 

VI. L’Eglise comme « hôpital de campagne » : miséricorde, guérison et espérance en Christ

 

« Purifie-moi (…), et je serai pur ; lave-moi et je serai blanc, plus que la neige. » (Ps 51, 9)

 

Le Pape François a rappelé à l’Eglise sa vocation de devenir un « hôpital de campagne » pour les blessés de la vie.[108] Nous sommes tous blessés, à commencer par le péché originel et ses conséquences ainsi que par nos propres péchés. Avec le développement de ce que l’on appelle la révolution sexuelle, beaucoup ont été blessés par leurs propres péchés, les péchés des autres, la confusion, les relations et les familles brisées.  En particulier, les effets de la pornographie sur l’âme peuvent être profonds et l’utilisation de la pornographie elle-même peut être le signe de blessures affectives. Aucune blessure, si profonde soit-elle, ne peut être rejointe par la grâce salvatrice du Christ.

En tant qu’hôpital de ce campagne, l’Eglise est appelée à proclamer la vérité de la personne appelée à l’amour, à protéger les personnes – spécialement les enfants – de la pornographie et à apporter la miséricorde et la guérison du Seigneur aux blessés de la pornographie. Il existe beaucoup de moyens et de ressources accessibles pour ceux qui ont été touchés par la pornographie et qui désire en être libérée ainsi que de ses conséquences.

Le Christ est notre espérance ! Grâce à l’effusion de l’Esprit Saint et la mission de son Eglise, Jésus continue à se donner à nous afin que nous puissions le suivre et demeurer en lui. Nous le rencontrons de bien des façons : à travers les saintes Ecritures, les sacrements et la totalité de l’enseignement et de la vie de l’Eglise. Jésus est le chemin de la liberté. L’Eglise affirme : « N’ayez pas peur ! » Viens Seigneur Jésus, toi dont la miséricorde est sans fin. Le Seigneur n’est jamais fatigué de pardonner.[109]

En gardant à l’esprit la miséricorde du Seigneur, nous souhaitons maintenant aborder ici et mettre en œuvre cette mesure d’espoir aux circonstances concrètes auxquelles font face les membres du corps du Christ et toutes les autres personnes. Comme évêques responsables du soin pastoral auprès de ceux qui ont été touchés par la pornographie, nous souhaitons nous adresser spécialement aux catholiques qui vivent des situations si diverses et présenter des propositions de conseils, de guérison et de grâce. Ce faisant, nous sommes pleinement conscients de l’importance des responsables catholiques et des parents qui peuvent mettre en œuvre la vision et la sensibilité de l’Eglise et être les vecteurs de la miséricorde et de la vérité du Seigneur sous des formes directes et puissantes par leur témoignage et leur service.

 

A ceux qui ont été exploités par l’industrie pornographique

 

Vous êtes bien-aimés et chéris de Dieu. L’Eglise vous rejoint, spécialement ceux qui sont victimes de trafic sexuel et de l'exploitation sexuelle commerciale et en particulier tous les enfants qui ont été impliqués dans la fabrication de pornographie juvénile et qui par-là sont des victimes d’abus sexuels. La façon dont vous avez été maltraités est déplorable et gravement injuste, et nous continuerons de travailler pour la justice et la libération des hommes, des femmes et des enfants qui ont été réduits en esclavage. Quoi que vous ayez pu vivre dans le passé, rappelez-vous que vous demeurez les bien-aimés de Dieu, que votre dignité est inviolable et que vous êtes dignes de respect et d’amour. Venez au Seigneur par son Eglise et recevez les soins dont vous avez besoin. Permettez-lui de panser vos blessures et de vous donner sa force. Sachez qu’il existe des groupes de soutien et des ressources accessibles pour vous aider (voir l’annexe). A chacun et chacune qui a été victime d’une exploitation criminelle, nous vous exhortons de vous rapprocher des autorités civiles afin qu’elles agissent de manière appropriée et vous assurent une sécurité et une protection.

 

A ceux qui sont coupables d’exploiter des personnes dans des productions pornographiques

 

Le Seigneur, qui est grand en miséricorde et en justice, vous appelle à vous éloigner de vos péchés et à le suivre. Le Christ passe : n’attendez pas pour changer de vie. Descendez, comme Zachée, et faites amende honorable pour tout ce que vous avez fait (cf. Lc 19, 1-10). Il n’est pas de péché si grand qui ne puisse être pardonné, mais nous vous exhortons à vous repentir, à vous convertir et à en finir avec votre participation à l’extension d’une pornographie destructrice. Si vous êtes (ou avez été) impliqués dans des activités criminelles, nous vous exhortons à vous faire connaître et à vous livrer aux autorités civiles. Dieu peut utiliser vos fautes passées pour aider les autres. Jésus a appelé St Paul, le « le premier des pécheurs » à être un apôtre ; puisse-t-il aussi vous libérer et vous guérir (cf. 1 Tm 1, 15).

 

Aux hommes et femmes qui regardent de la pornographie

 

Vous êtes les fils et filles bien-aimés du Père. N’ayez pas peur de vous approcher de son autel de miséricorde et de demander pardon. Beaucoup de bonnes personnes se battent contre ce péché. Vous n’êtes pas seuls ; il y a toujours de l’espoir. Satan, le père du mensonge, utilise la honte et la peur pour éloigner les âmes de la miséricorde de Jésus, mais Dieu, le plus aimant des Pères, attend d’aller à la rencontre de ceux qui se repentent pour leur donner la grâce dont ils ont besoin pour combattre les prochaines tentations. Recevez régulièrement les sacrements afin d’obtenir l’aide de Dieu dans vos combats, spécialement le sacrement de la pénitence et de la réconciliation par lequel le Seigneur pardonne les personnes des péchés mortels afin que vous puissiez recevoir le sacrement de l’eucharistie dignement. Ne laissez pas les obstacles du déni, de la honte, de la peur, du désespoir ou de l’orgueil vous appuyer sur la grâce du Seigneur. Croyez en la puissance de Dieu. Demandez à l’Esprit Saint sa grâce et sa force. Faites confiance en la miséricorde de Jésus. Demandez par la prière aux saints du Ciel d’intercéder pour vous.

Savoir la vérité sur qui vous êtes en Dieu et recevoir l’aide spirituel est essentiel mais ceux qui utilisent la pornographie souvent ont besoin d’une assistance. Se libérer de la pornographie est un choix quotidien et nécessite une formation permanente. L’Eglise vous encourage à rechercher un soutien permanent comme le conseiller, la direction spirituelle, le coaching, des groupes de responsabilisation, des groupes de couple à couple, des conférences, des retraites pour hommes et pour femmes. Ce sont tous des moyens à employer lorsque l’on cherche une libération (voir l’annexe). Des logiciels sont disponibles pour surveiller les connexions en ligne et bloquer l’accès à la pornographie ; ils peuvent être des moyens nécessaires pour éviter l’occasion prochaine du péché.  Si votre utilisation de la pornographie est de l’ordre de la dépendance, il est encore plus nécessaire de travailler avec le soutien de professionnels qui peuvent vous assister dans l’identification et la guérison des blessures affectives qui sont à la racine de l’utilisation de la pornographie. Pour les maris et les femmes, le conseil de professionnels peut vous aider à faire connaître à votre conjoint le combat que vous menez contre la pornographie d’une manière qui conduira à la guérison et à la restauration de la confiance. C’est important de pouvoir trouver un conseiller qui vous aidera à suivre les enseignements de l’Eglise sur le mariage et la chasteté.

Cultiver la chasteté prend du temps comme pour la croissance de toute autre vertu. C’est une tâche au long cours et un choix quotidien. Soyez patient, persévérez et ne vous découragez pas. Si vous tombez, relevez-vous, allez vous confesser au Seigneur et recherchez sa miséricorde dans le sacrement de la pénitence et de la réconciliation et recommencez à zéro. Il n’y a pas de honte à confesser des péchés récurrents de cette sorte. Une fois que vous êtes libérés, aider d’autres à trouver la sortie de la pornographie peut être un bon moyen de rester vigilant et fort dans votre propre guérison. Dieu peut se servir de votre expérience pour toucher les cœurs et les vies de ceux qui combattent encore.

 

A celles et ceux qui ont été blessés par l’utilisation de la pornographie par leur conjoint

 

Vous êtes grandement aimés par Dieu notre Père.  Vous n’êtes pas seuls ni à blâmer pour l’utilisation de la pornographie par votre conjoint. L’Eglise vous accompagne avec amour et tendresse alors que vous êtes affrontés à ce péché et à ses conséquences dans votre mariage et dans votre vie de famille. Vous avez été profondément blessé(e)s. Vous vous sentez trahi(e)s, déçu(e)s, voire traumatisé(e)s en découvrant que votre conjoint regarde de la pornographie soit parce qu’il vous l’a dit ou parce que vous l’avez découvert vous-même. Il se peut même que vous ayez à faire face à des abus sexuels ou à de la violence. Si vous êtes dans un environnement dangereux, éloignez-vous du danger avec vos enfants et recherchez de l’aide.[110] Le Christ peut, en définitive, guérir ces blessures. Cela prend souvent du temps. Cherchez un réconfort dans la prière, la réception des sacrements, et dans l'adoration eucharistique. La colère contre votre conjoint est naturelle et souvent justifiée, cependant, un directeur spirituel, un conseiller digne de confiance, peuvent être d’une aide précieuse pour travailler les puissantes émotions qui peuvent vous traverser.

Dieu veut sauver votre mariage.[111] Pour quelques-uns d’entre vous, le conjoint peut vouloir rechercher de l’aide. Les encouragements, l’amour inconditionnel et l’espoir confiant du conjoint peuvent être une grande source de force pour celui ou celle qui se bat pour être pur(e). Pour celles et ceux d’entre vous dont le conjoint est dans le déni ou le rejet de toute aide, sachez que l’Eglise est à vos côtés. Priez pour la conversion du cœur de votre conjoint et recherchez les occasions de l’encourager. Si possible, mettez des limites claires comme l’installation d’un programme de surveillance en ligne, en nettoyant la maison de tout support pornographique, en prenant soin de votre propre santé et en refusant d’être utilisé(e) comme une excuse pour l’utilisation de la pornographie que fait votre conjoint. Il y a des groupes de soutien et des conseillers pour les conjoints de personnes dépendantes qui peuvent vous aider dans cette bataille (voir Annexe). Rappelez-vous que vous n’êtes pas seul(e)s. L’’Eglise veut vous aider et vous encourager et demande à ceux qui ont assez de courage pour reconnaître leur propre expérience dans ce problème d’aider les autres conjoints blessés de la communauté.

 

A tous les parents

 

Merci pour votre grand amour et votre sacrifice ! Vous êtes chéris par Dieu le Père de qui proviennent toute paternité et maternité. Vous êtes les premiers protecteurs et enseignants de vos enfants et vous êtes appelés à être leurs modèles de l’amour chaste et fructueux. L’Eglise a tellement de gratitude envers vous qui protégez et guidez l’Eglise domestique. Les enfants qui grandissent en sécurité au sein de l’amour mutuel de leurs parents ont un net avantage pour naviguer au milieu des défis de ce monde. Les enfants ont le droit de recevoir « une éducation authentique à propos de la sexualité et de l’amour » laquelle inclut une éducation à la chasteté.[112]  C’est une responsabilité importante et cruciale que d’enseigner aux enfants la véritable signification de la sexualité humaine, les rendant capables de voir sa beauté comme une expression de l’amour total. Même dès le plus jeune âge, vos enfants peuvent apprendre la maîtrise de soi, la modestie et le respect des autres à partir des mots et des actions. L’éducation à la chasteté inclut de faire tout ce que vous pouvez pour protéger vos enfants de la pornographie et de les aider à la rejeter ainsi que les autres péchés sexuels au fur et à mesure qu’ils grandissent. Il y a de bonnes ressources pour vous aider dans cette tâche importante (voir Annexe).

Comme parents et protecteurs, vous devez protéger votre maison ! Soyez vigilants à propos des technologies que vous introduisez chez vous et soyez attentifs à l’importance des contenus sexuels dans le flot d’images déversées par la télévision et les films ainsi qu’à la facilité d’accès à ces contenus disponibles par Internet et sur les appareils mobiles. Apprenez-vous à utiliser les logiciels de filtrage qui peuvent vous seconder dans la protection de votre foyer. Cultivez un esprit d’ouverture et de confiance avec vos enfants pour qu’ils sachent qu’ils peuvent se tourner vers vous s’ils voient des images à caractère sexuel. En parlant avec eux calmement, vous pouvez leur donner un cadre sain dans lequel ils pourront les interpréter. Le Saint Esprit est votre guide lorsque vous évaluez la situation de chaque enfant. Aucun d’entre nous n’est parfait, et les parents sont les premiers modèles de miséricorde et de pardon dont toutes les familles ont besoin.  Appuyez-vous sur la miséricorde du Père, spécialement si vous devez faire face à la difficile situation d’un enfant qui a vu ou utilisé de la pornographie. Beaucoup de bonnes familles ont fait cette expérience. Vous n’êtes pas seuls et l’Eglise est à vos côtés.

 

 

A tous ceux qui travaillent avec les enfants et les jeunes

 

Grands-parents, parrains et marraines, enseignants, éducateurs religieux, aumôniers de jeunes et coordinateurs de la protection de l’environnement : les parents vous ont confié la responsabilité de protéger leurs enfants, non seulement des dangers extérieurs, mais aussi des dangers psychologiques, moraux et spirituels. Vous pouvez avoir une grande influence sur ces enfants et ces jeunes confiés à vos soins et vous pouvez aider les parents en leur fournissant les outils dont ils ont besoin pour protéger et éduquer leurs enfants. Les enfants sont vulnérables à tout ce qui peut les influencer, que ce soit dans un bon ou un mauvais sens. Créez un environnement adapté pour leur enseigner la chasteté par l’exemplarité et l’enseignement d’une vie chaste. Soyez vigilants à propos de l’accès aux technologies et apprenez-leur à s’en servir en tenant compte de leur âge. On devrait enseigner aux jeunes que certains sites du Web ou certains programmes sont inappropriés et peccamineux.

 

Aux jeunes

 

Vous êtes aimés et chéris de Dieu et appelés à la perfection ! Le Christ vous appelle à être forts, des témoins courageux de la chasteté et de l’espérance. L’adolescence et les débuts de la vie adulte peuvent être un temps difficile et compliqué, et le désir d’avoir une vie sexuelle peut être fort. Montrez à vos amis et à vos pairs que la chasteté apporte la liberté et la joie ! En elle réside la fondation d’un mariage heureux et durable. Rejetez les mensonges d’une culture qui vous dit que l’autosatisfaction est la route du bonheur. Résistez à la pression de faire des relations sexuelles un divertissement. Refusez de chosifier votre corps ou celui de l’autre par des images ou des vidéos à caractère sexuel.  Dieu vous a créés à son image et l’Eglise vous regarde avec compassion et amour, quoique les autres puissent en penser ou dire. De plus, votre corps est le temps du Saint Esprit, et vous avez été créés pour la perfection ! Si vous êtes déjà habitués à la pornographie, choisissez de vous éloigner de ce chemin pour vous tourner vers de véritables relations et recherchez le pardon du Seigneur dans le sacrement de la réconciliation. Jésus vous aime et a donné sa vie pour vous. Si vous avez grandi dans un environnement où la pornographie était chose courante ou si vous y avez été exposé dès votre plus jeune âge, n’ayez pas peur de demander de l’aide ou une orientation auprès de votre mère et de votre père ou d’un adulte de confiance, d’un membre de votre famille ou d’un aumônier.

 

Aux pasteurs et aux membres du clergé

 

Nous sommes les témoins de la joie et de la liberté de la chasteté. En tant que ministres ordonnés, l’exemple de notre chasteté, ajoutée à la chasteté des autres, dans le mariage, la vie consacrée ou comme célibataires, contribue à montrer qu’il est possible de persévérer dans cette vertu avec l’aide du Christ et qu’elle est un don et non pas un fardeau. Reconnaissant le dommage causé par le péché de pornographie, nous appelons les fidèles à recourir souvent au sacrement de la réconciliation, et nous veillerons à ce qu’il soit clairement et facilement disponible. Nous sommes aussi conscients que des membres du clergé et des frères et sœurs dans les communautés religieuses se battent aussi dans ce domaine. Approchons-nous de la fontaine de miséricorde nous aussi, sachant que nous avons besoin de l’aide du Seigneur pour offrir un témoignage cohérent sur la chasteté. N’hésitons pas à prêcher sur la chasteté, en portant notre regard sur le Christ lui-même, et à attirer l'attention sur les méfaits de la pornographie par des moyens appropriés. Nous devons considérer notre responsabilité dans la protection des enfants contre la pornographie comme un devoir sacré, ainsi que d'un aspect de notre travail pour créer des environnements sûrs en accord avec notre mise en œuvre continue de la Charte pour la Protection des Enfants et des Jeunes.[113] Puissions-nous nous former nous-mêmes à partir de ressources fiables pour le soutien pastoral des fidèles et pour la guérison de ceux qui utilisent, parfois jusqu’à la dépendance, la pornographie, et les rendre accessibles aux familles, aux paroissiens et à tous ceux dont nous devons prendre soin. Nous devrions aussi trouver et promouvoir des conseillers dignes de confiance et des groupes de soutien dans nos territoires et à qui nous pourrions envoyer celles et ceux qui ont besoin d’aide et de guérison.

Pardessus-tout, puissions-nous vivre nous-mêmes le témoigne d’une vie menée avec un cœur joyeux et pur.  L’importance de la formation au séminaire et de la formation permanente pour les prêtres, sans parler de la formation des diacres permanents, est essentielle de même que la pratique de la confession régulière, de l’accompagnement spirituel, du soutien fraternel et des relations amicales authentiques. Nous ne devons pas nous replier sur nous-mêmes.  Si l’un de nous ou de nos frères dans le clergé se bat contre la pornographie, n’ayons pas peur de le reconnaître et recherchons de l’aide immédiatement.

 

A toutes les personnes de bonne volonté

 

L’Eglise plaide pour une culture où la pureté, la chasteté et l’amour authentique sont tenus en haute estime et où la pornographie est condamnée et rejetée. L’Eglise est pleine de gratitude envers ceux qui travaillent à faire reconnaître la nature dévastatrice et destructrice de la pornographie et qui élèvent la voix contre sa prolifération. Puissions-nous travailler ensemble pour des lois et une culture qui rejette la pornographie de sa position dominante et privilégiée et s’opposent à ses nombreuses injustices, en construisant à la place une culture qui honore la dignité et la signification véritables de la sexualité humaine.

 

VII. Conclusion : le Seigneur est riche en miséricorde

 

« Fais que j'entende les chants et la fête. » (Ps 51, 10)

 

Au moment de conclure, nous voulons assurer tous ceux qui se battent contre le péché de la pornographie et s’efforcent de cultiver la vertu de chasteté que vous n’êtes pas seuls dans votre combat. Faites confiance à l’Esprit Saint et laissez-vous guider par lui.  La miséricorde et le pardon du Seigneur sont abondants ! « Aussi loin qu'est l'orient de l'occident, il met loin de nous nos péchés » (Ps 103, 12). La grâce et l’aide concrète de Dieu sont toujours accessibles. La guérison est toujours possible. Nous remercions tous les hommes et femmes ainsi que les jeunes qui aident à construire une authentique culture de l’amour et de la chasteté et qui aident d’autres à mener une vie de liberté et de pureté.

 

L’Eglise se tourne aussi vers les saints. Leur exemple et leur intercession sont pour nous d’un grand secours. D’une manière spéciale, nous vous invitons à renouveler votre dévotion envers la sainte Famille, et votre confiance au cœur immaculé de Marie et au Sacré Cœur de Jésus. Comme pour beaucoup d’entre nous, Jésus, Marie et Joseph ont expérimenté les joies et les combats de la vie familiale quotidienne – et ils l’ont fait avec un grand amour et pureté. Jésus Christ était au centre de leur amour chaste, et c’est en cela que leur amour peut servir de modèle pour tous. Jésus est censé être au cœur de l’amour et de nos relations. Joseph était un homme juste et il est un intercesseur puissant pour tous ceux qui combattent pour la pureté, spécialement les hommes. Le cœur immaculé de Marie et le Sacré Cœur de Jésus révèlent la pureté et la liberté auxquelles chaque femme et chaque homme est destiné.

 

Prière (Ps 51)

 

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,

selon ta grande miséricorde, efface mon péché.

Lave-moi tout entier de ma faute,

purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,

ma faute est toujours devant moi.

Contre toi, et toi seul, j'ai péché,

ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait.

Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice,

être juge et montrer ta victoire.

Moi, je suis né dans la faute,

j'étais pécheur dès le sein de ma mère.

Mais tu veux au fond de moi la vérité ;

dans le secret, tu m'apprends la sagesse.

Purifie-moi avec l'hysope, et je serai pur ;

lave-moi et je serai blanc, plus que la neige.

Fais que j'entende les chants et la fête :

ils danseront, les os que tu broyais.

Détourne ta face de mes fautes,

enlève tous mes péchés.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,

renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.

 

 

Annexe

 

L’Eglise catholique et beaucoup d’autres communautés et organisations se sont engagés à fournir aux hommes, aux femmes, aux parents et aux responsables les outils dont ils ont besoin pour trouver la liberté à l’égard de la pornographie et aider d’autres à faire de même. S’il vous plait, visitez le site Web de l’USCCB www.usccb.org/cleanheart pour une sélection de ressources mises à jour en lien avec notre sujet. En général, nous encourageons l’évaluation de toutes nos sources et des programmes afin d’évaluer s’ils peuvent aider dans le cadre des enseignements et de la pratique des principes catholiques. Le contenu de la page Web inclut les types de ressources suivants :

Une liste des groupes de soutien et des programmes de récupération pour ceux qui ont été affectés par la pornographie : les hommes et les femmes qui utilisent ou qui sont dépendants à la pornographie, leur conjoint et leur famille ; les hommes et les femmes impliqués dans l’industrie pornographiques ; et d’autres encore.

Des conseils et des ressources pour les parents, les grands-parents et toux ceux qui travaillent avec les enfants et les jeunes et qui souhaitent protéger leur innocence.

Des ressources pour la prédication des prêtres et des diacres.

Des outils de filtrage d’Internet afin de bloquer les contenus pornographiques sur les ordinateurs et tous les appareils connectés sur Internet.

Des ressources éducatives avec des informations supplémentaires à propos des dangers de la pornographie.

D’autres approches catholiques sur la pornographie, … et plus encore.

 


[1] Cf. Catéchisme de l’Eglise catholique (CEC) N° 2354. Pour d’autres exemples d’enseignements plus récents, voir aussi le Pape Jean-Paul II, discours aux membres de la “Religious Alliance Against Pornography” (30 janvier 1992); Conseil Pontifical pour les Communications Sociales Pornographie et violence dans les média : une réponse pastorale (7 mai 1989) ; United States Catholic Conference, Statement Renewing the Mind of the Media (1998); USCCB, Catechetical Formation in Chaste Living: Guidelines for Curriculum Design and Publication (2008), especially 11; USCCB, Pastoral Letter Marriage: Love and Life in the Divine Plan (2009), especially 49; and Bishop Paul S. Loverde, Pastoral Letter Bought with a Price, new ed. (March 19, 2014).  

[2] Cf. Pape François, Lettre encyclique Lumen fidei, no. 37 ; Exhortation apostolique Evangelii Gaudium, no. 3. 

[3] Concile Vatican II, Gaudium et spes, N° 22.

[4] Cf.  CEC, N° 261-263. 

[5] Cf. Pape Jean-Paul II, Exhortation apostolique Familiaris consortio, N° 11.

[6] Cf. CEC, N° 2392.

[7] Cf. CEC, N° 362-365. 

[8] Congrégation pour l’Education Catholique, Orientation Educative sur l’Amour Humain (1983), no. 22f., citant le Pape St. Jean Paul II, discours lors de l’audience générale du 9 janvier 1980. On peut trouver ce texte en Jean-Paul II, Homme et femme il les créa, une spiritualité du corps, Le Cerf, Paris, 2004 pp. 77-81. Voir aussi CEC N° 412-413. 

[9] Cf ; par exemple, Familiaris Consortio, N° 37, et la Lettre Encyclique Veritatis Splendor N° 15. Voir aussi Conseil Pontifical pour la Famille, Vérité et signification de la sexualité humaine (1995), N° 10 ; CEC, 412-413.

[10] Gaudium et Spes, N° 24; see also TOB, no. 15. 

[11] See Karol Wojtyła (Pope St. John Paul II), Love & Responsibility, trans. H. T. Willets (San Francisco: Ignatius Press, 1993), 28-30. 

[12] Cf. Pape Benoît XVI, Lettre encyclique Deus Caritas Est, N° 5. 

[13] Cf. Pape François, Lettre encyclique Laudato Si’, N° 155. 

[14] Cf.  CEC, N° 2337-2350. 

[15] CEC, N° 2337. 

[16] USCCB, Catechetical Formation in Chaste Living, 7. 

[17] Pape François, Discours lors de la Rencontre avec les jeunes, Turin, 21 juin 2015.

[18] Ibid. 

[19] Cf.  CEC, N° 2351. 

[20] Cf.  CEC, N° 2360. 

[21] Cf.  CEC, N° 2521-2524. Voir aussi le conseil Pontifical pour la Famille, Vérité et signification de la sexualité humaine, N° 56. 

[22] CEC, N° 2342. 

[23] Cf.  CEC, N° 2360-2379. 

[24] Cf. Pape Benoît XVI, Lettre encyclique Deus Caritas Est, N° 11. 

[25] Cf.  CEC, N° 385-421. 

[26] Cf.  CEC, N° 405. 

[27] CEC, N° 1695.

[28] For example, US Code, Title 18, Chapter 110, “Sexual Exploitation and Other Abuse of Children” (sections 2251-2260A). In addition to violating applicable federal or state criminal laws, Catholic clergy may be subject to the canonical delict related to the acquisition, possession or distribution of pornographic images of children under the age of fourteen. See Congregation for the Doctrine of the Faith, Normae gravioribus (May 21, 2010), Article 6, §1, 2º. 

[29] CEC, N° 2354.

[30] Cf. N° 1854-1864, spécialement N° 1860. Voir aussi CEC, N°2352 sur la masturbation et l’évaluation de la responsabilité morale du sujet. 

[31] Authentic art seeks to communicate truth and beauty and lead the viewer to contemplation. When it depicts the human body or a relationship of love, it may include their sexual aspects, but not in an exaggerated way so as to obscure the subject as a whole. Pornography, in contrast, reduces the persons portrayed to their sexual attributes, with the purpose of provoking sensuous craving in the viewer. See Wojtyła, Love and Responsibility, 192-193. For Catholic explanations of art, see CCC, no. 2501; Pope St. John Paul II, Letter to Artists (April 4, 1999); and Pope Benedict XVI, Address to Artists (Nov. 21, 2009). 

[32] See USCCB, Marriage: Love and Life in the Divine Plan, 48-49. 

[33] CEC N° 2354. 

[34] Voir plus bas la section sur les victimes de la pornographie. 

[35] Cf. CEC N° 1859, 1874. 

[36] CEC N° 1874.

[37] Cf. CEC N° 2352. 

[38] See Peter C. Kleponis, Integrity Restored: Helping Catholic Families Win the Battle Against Pornography (Steubenville, Ohio: Emmaus Road Publishing, 2014), 38-41; and William M. Struthers, Wired for Intimacy: How Pornography Hijacks the Male Brain (Downers Grove, IL: IVP Books, 2009), 169-174. 

[39] Cf. Pape François, Laudato Si', N° 123 ; Discours au Parlement Européen 25 nov. 2014) ; et le discours à une délégation de l'Institut Dignitiatis Humanae (7 déc. 2013). 

[40] Concile Vatican II, Gaudium et Spes, N° 4. 

[41] Cf.  CEC, N° 1869 ; Concile Vatican II, Gaudium et Spes, no. 25 ; Conseil Pontifical “Justice et Paix”, Compendium de la doctrine sociale de l’Eglise, N° 119 ; Pape Saint Jean-Paul II, Sollicitudo Rei Socialis (30 décembre 1987), N° 36-37, et Exhortation Apostolique Reconciliatio et Paenitentia (2 décembre 1984), N° 16. 

[42] See Noel J. Bouché, “Exploited: Sex Trafficking, Porn Culture, and the Call to a Lifestyle of Justice,” (pureHOPE, 2009); and Pornography: Driving the Demand in International Sex Trafficking, ed. David E. Guinn and Julie DiCaro (Los Angeles: Captive Daughters Media, 2007). 

[43] See USCCB Committee on Migration, On Human Trafficking (2007). See also Pope Francis, “Address to Participants in the International Conference on Combating Human Trafficking” (April 20, 2014). The ongoing work of the USCCB Anti-Trafficking Program can be found here: http://www.usccb.org/about/anti-trafficking-program/

[44] Melissa Farley, “Renting an Organ for Ten Minutes: What Tricks Tell Us about Prostitution, Pornography, and Trafficking,” in Pornography: Driving the Demand in International Sex Trafficking, 144-152. 

[45] US Department of State, Trafficking Victims Protection Act (2000, and subsequent reauthorizations) 

[46] Centers for Disease Control and Prevention, webpage “HIV Risk among Adult Sex Workers in the United States” (June 11, 2015): “There is a strong link between sex work and drug and alcohol use”; M. Javanbakht et. al., “Adult Film Performers: Transmission Behaviors and STI Prevalence,” paper presented at the Centers for Disease Control and Prevention STD Prevention Conference (2014); and J.D. Griffith et. al., “Pornography Actresses: An Assessment of the Damaged Goods Hypothesis,” The Journal of Sex Research 50.7 (2013): 621-632. 

[47] J. Peter and P.M. Valkenburg, “Adolescents’ Exposure to a Sexualized Media Environment and Their Notions of Women as Sex Objects,” Sex Roles 56 (2007): 381-395. 

[48] Maria Morrow, “Pornography and Penance,” Leaving and Coming Home: New Wineskins for Catholic Sexual Ethics, ed. David Cloutier (Eugene, OR: Cascade Books, 2010), 70. 

[49] See American Psychological Association, “Report of the APA Task Force on the Sexualization of Girls: Executive Summary” (2007, updated 2010). 

[50] C. Sun, A. Bridges, J. Johnason and M. Ezzell, “Pornography and the Male Sexual Script: An Analysis of Consumption and Sexual Relations,” Archives of Sexual Behavior (published online December 2014). 

[51] Ana Bridges et. al., “Aggression and sexual behavior in best-selling pornography videos: A Content analysis update,” Violence Against Women 16 (October 2010): 1065-1085. 

[52] C.A. Simmons, P. Lehmann and S. Collier-Tennison, “Linking male use of the sex industry to controlling behavior in violent relationships: An exploratory analysis,” Violence Against Women 14 (2008): 406-417; and Janet Hinson Shoppe, “When words are not enough: The search for the effect of pornography on abused women,” Violence Against Women 10 (2004): 56-72. 

[53] See Barrie Gunter, Media and the Sexualization of Childhood (New York: Routledge, 2014). 

[54] Pamela Paul, Pornified: How Pornography is Damaging Our Lives, Our Relationships, and Our Families (New York: Holt Paperbacks, 2005), 163. In an independent poll commissioned by the author and conducted by Harris Interactive, 34% of women and 17% of men equated viewing pornography with cheating. 41% of men and 18% of women said that pornography should never be considered cheating. More recent surveys have confirmed the same trends: ChristianMingle.com and JDate.com, “State of Dating in America” (2014) and MSNBC.com survey (2007). 

[55] Pamela Paul, “From Pornography to Porno to Porn: How Porn Became the Norm,” The Social Costs of Pornography: A Collection of Papers, ed. James R. Stoner, Jr., and Donna M. Hughes (Witherspoon Institute: 2010): 3-20, at 8-9.

[56] Cf. par exemple Le Message du Pape François pour la 48ème journée mondiale de la communication (1 juin 2014) et le message pour la 47ème journée mondiale de la communication du Pape Benoît XVI (12 mai 2013). Voir aussi le Conseil pour les Communications Sociales, L’Eglise et Internet et Ethique en Internet (22 février, 2002). 

[57] Studies have shown what is known as the Coolidge Effect, that exposure to new sexual images causes renewed sexual interest, largely due to an increase in the neurotransmitter dopamine. See E. Koukounas and R. Over, “Changes in the magnitude of the eyeblink startle response during habituation of sexual arousal,” Behavior Research and Therapy 38.6 (2000): 573-584; and Philip Zimbardo and Nikita D. Coulombe, Man (Dis)connected: How technology has sabotaged what it means to be male (London: Rider, 2015): 113-114. 

[58] See Paul M. Barrett, “The new republic of porn,” Bloomberg Businessweek (June 21, 2012). Exact numbers are impossible to calculate because many pornography companies are privately owned, and there is disagreement about what “counts” as pornography. Further, Barrett reports that between 2007 and 2011, global revenues from pornography may have been reduced by half due to the availability of free pornography online. 

[59] US Code, Title 18, Chapter 71, “Obscenity” (sections 1460-1470); and Chapter 110, “Sexual Exploitation and Other Abuse of Children” (sections 2251-2260A). For an explanation of these laws, and an example of advocacy for more consistent enforcement of them, see the website http://waronillegalpornography.com/laws/, a project of the National Center on Sexual Exploitation (formerly Morality in Media). 

[60] For example, there is the Free Speech Coalition, a trade association of the “adult entertainment” industry in the United States. See the work of the National Center on Sexual Exploitation, which advocates for strong anti-pornography laws. 

[61] Ana Bridges et. al., “Aggression and sexual behavior in best-selling pornography videos.” 

[62] Recent surveys include the Relationships in America survey (2014) sponsored by The Austin Institute for the Study of Family and Culture, which found that 43% of men (26% of weekly Church attendees) and 9% of women accessed pornography in the past week; and the ProvenMen.org Pornography Addiction Survey (2014) conducted by the Barna Group, which found that 64% of men view pornography monthly (55% of married men), and 29% of young men (18-30) view it daily. 

[63] According to the Pew Research Center, from 2007 to 2013, the number of women who reported watching “adult videos” grew from 1% to 8%. See Pew Internet & American Life Project, “Online Video” (2007), p.18, and Pew Research Center, “Online Video 2013” (2013), 3. The Relationships in America survey found that pornography use is more common among younger women: 19% of women under 30 reported accessing pornography in the past week, compared to 3% of women in their 50s. 

[64] See Relationships in America, 27. 

[65] Kleponis, Integrity Restored, 116, citing “Pornography Statistics,” Family Safe Media (2010). See also Chiara Sabina et. al., “The nature and dynamics of Internet pornography exposure for youth,” Cyberpsychology and Behavior 11 (2008): 691-693. 

[66] Struthers, Wired for Intimacy, 84-85. 

[67] J. Brian Bransfield, Overcoming Pornography Addiction: A Spiritual Solution (New York: Paulist Press, 2013), 16-20. 

[68] Viewing pornography has been shown to interfere with short-term memory: C. Laier, F.P. Schulte, and M. Brand, “Pornographic Picture Processing Interferes with Working Memory Performance,” The Journal of Sex Research 50.7 (2013): 642-652. 

[69] T.E. Kasper, M.B. Short and A.C. Milam, “Narcissism and Internet Pornography Use,” Sex & Marital Therapy 41.5 (2015): 481-486. This study found that the hours spent watching pornography was positively correlated to a higher narcissism level in participants. Narcissism refers to a person’s inflated sense of self-importance, a deep need for admiration, and a lack of empathy for others. 

[70] Regular use of pornography has been shown to correlate with support of marriage redefinition, as well as criticism of marriage in general: Mark Regnerus, “Porn Use and Supporting Same-Sex Marriage,” Public Discourse (Dec. 20, 2012); and P.J. Wright and A.K. Randall, “Pornography Consumption, Education, and Support for Same-Sex Marriage Among Adult U.S. Males,” Communication Research 41.5 (July 2014): 665-689. 

[71] For first-person narratives of women who struggled with pornography use and addiction, and found healing, see Delivered: True Stories of Men and Women Who Turned from Porn to Purity, ed. Matt Fradd (San Diego: Catholic Answers Press, 2013). 

[72] See Kleponis, Integrity Restored, 79; Steven E. Rhoads, Taking Sex Differences Seriously (San Francisco: Encounter Books, 2004), 51-52; and Ogi Ogasa and Sai Gaddam, A Billion Wicked Thoughts: What the Internet Tells Us About Sexual Relationships (New York: Plume, 2011). As a recent example, women constituted 80% of buyers of the Fifty Shades of Grey trilogy (Bowker Market Research’s Books & Consumer monthly survey, November 2012). See also A. Bonomi, et. al., “Fiction or Not? Fifty Shades is Associated with Health Risks in Adolescents and Young Adult Females,” Journal of Women’s Health 23.9 (Aug 2014): 720-728, which found that young adult women who read Fifty Shades of Grey were more likely than non-readers to exhibit signs of eating disorders and have a verbally abusive boyfriend. 

[73] See Bransfield, Overcoming Pornography Addiction, 28-30; and Kleponis, Integrity Restored, 33-57. 

[74] Scientific research on this phenomenon include Valerie Voon, et. al., “Neural Correlates of Sexual Cue Reactivity in Individuals with and without Compulsive Sexual Behavior,” PLOS ONE 9.7 (2014); Simone Kühn and Jürgen Gallinat, “Brain Structure and Functional Connectivity Associated With Pornography Consumption: The Brain on Porn,” JAMA Psychiatry 71.7 (2014): 827-834; D.L. Hilton, “Pornography addiction – a supranormal stimulus considered in the context of neuroplasticity,” Socioaffective Neuroscience & Psychology 3 (2013); and D.L. Hilton and C. Watts, “Pornography addiction: a neuroscience perspective,” Surgical Neurology International 2.19 (2011). See also Struthers, Wired for Intimacy, 83-111; and Morgan Bennett, “The New Narcotic,” Public Discourse (October 9, 2013). 

[75] See Mark R. Laaser, Healing the Wounds of Sexual Addiction (Grand Rapids: Zondervan, 2004). 

[76] For the link between pornography use and prostitution, see Mary Anne Layden, “Pornography and Violence: A New Look at the Research,” The Social Costs of Pornography, 57-68, at 66. 

[77] See note 30 above. 

[78] By age 5, half of kids go online daily; by age 13, three-quarters of kids have a mobile phone. On average, 15-to-18 year olds spend at least an hour per day consuming media on their phones: Covenant Eyes, “Protecting Your Family Online: A How-To Guide for Parents” (2013). 71% of teens have done something to hide what they do online from their parents: Jamie Le, “The Digital Divide: How the Online Behavior of Teens is Getting Past Parents,” McAfee.com (June 2012). 

[79] See note 65 above. 

[80] Chiara Sabina et. al., “The nature and dynamics of Internet pornography exposure for youth,”; L.M. Jones, K.J. Mitchell, and D. Filkelhor, “Trends in youth internet victimization: Findings from three youth internet safety surveys 2000-2010,” Journal of Adolescent Health 50 (2012): 179-186.

[81] Christina Coleman. “Some parents angry about graphic sex education book,” USA Today (May 6, 2014); Veronica Rocha, “Textbook shelved after sex toy, bondage topics spark protest,” L.A. Times (August 11, 2014). 

[82] See Internet Watch Foundation, “Emerging Patterns and Trends Report #1: Youth-Produced Sexual Content,” (March 10, 2015); K. Martinez-Prather and D.M. Vandiver, “Sexting among Teenagers in the United States: A Retrospective Analysis of Identifying Motivating Factors, Potential Targets, and the Role of a Capable Guardian,” International Journal of Cyber Criminology 8.1 (Jan-June 2014): 21-35; and Amanda Lenhart, "Teens and Sexting,” Pew Research Center (Dec. 15, 2009). Sexting is also becoming more common among adults over 18: Amanda Lenhart and Maeve Duggan, “Couples, the Internet, and Social Media,” Pew Research Center (Feb. 11, 2014). 

[83] Jeff R. Temple, et al., “Teen sexting and its association with sexual behaviors,” Pediatrics and Adolescent Medicine 166.9 (Sept 2012): 828-833. 

[84] Justin Jouvenal, “Teen ‘sexting’ case goes to trial in Fairfax County,” Washington Post (April 17, 2013); Michelle Miller and Phil Hirschkorn, “‘Sexting’ Leads to Child Porn Charges for Teens,” CBS News (June 5, 2010). For legal analysis of this issue, see Mary G. Leary, “Self Produced Child Pornography: The Appropriate Societal Response to Juvenile Self-Sexual Exploitation,” Virginia Journal of Social Policy and the Law 15.1 (2008). 

[85] Randi Kaye, “How a cell phone picture led to girl’s suicide,” CNN (October 7, 2010); “Jessica Logan Suicide: Parents of Dead Teen Sue School, Friends Over Sexting Harassment,” Huffington Post (March 18, 2010).

[86] Pornography is also used by perpetrators to make children and youth feel complicit and therefore less likely to report abuse. 

[87] M. Flood, “The Harms of Pornography Exposure Among Children and Young People,” Child Abuse Review 18 (2009): 384-400. 

[88] J. Peter and P.M. Valkenburg, “Adolescents’ exposure to a sexualized media environment.” 

[89] Jill Manning, “Hearing on pornography’s impact on marriage & the family,” US Senate Hearing (November 10, 2005); and M. Flood, “The Harms of Pornography Exposure.” 

[90] Manning, Hearing; and J. Brown and K. L’Engle, “X-Rated: Sexual attitudes and behaviors associated with U.S. early adolescents’ exposure to sexually explicit media,” Communication Research 36 (2009): 129-151. 

[91] Risky sexual behavior includes having more sex partners and using alcohol or drugs during sexual encounters. D. Braun-Courville and M. Rojas, “Exposure to sexually explicit web sites and adolescent sexual attitudes and behaviors,” Journal of Adolescent Health 45 (2009): 156-162. 

[92] Manning, Hearing, citing Robert E. Freeman-Longo, “Children, teens, and sex on the Internet,” Sexual Addiction & Compulsivity 7 (2000): 75-90. 

[93] American Psychological Association, “Report of the APA Task Force on the Sexualization of Girls.” 

[94] M. Ybarra et. al., “X-rated material and perpetration of sexually aggressive behavior among children and adolescents: is there a link?” Aggressive Behavior 37.1 (2011): 1-18; J. Brown and K. L’Engle, “X-Rated”; and S. Bonino, et. al., “Use of Pornography and Self-Reported Engagement in Sexual Violence Among Adolescents,” European Journal of Developmental Psychology 3.3 (2006): 265-288.

[95] US Code, Title 18, Chapter 110, “Sexual Exploitation and Other Abuse of Children” (sections 2251-2260A). See also note 28 above. 

[96] US Department of State, Trafficking Victims Protection Act. 

[97] For more information about circumstances that make children vulnerable to being used in child pornography, see ECPAT International, “Questions & Answers about the Commercial Sexual Exploitation of Children,” 4th edition (2008): 25-29. 

[98] See USCCB, Marriage: Love and Life in the Divine Plan, 48-49. 

[99] Patrick F. Fagan, “The Effects of Pornography on Individuals, Marriage, Family, and Community,” Marriage and Religion Research Institute (December 2009); Jonathan Dedmon, “Is the Internet bad for your marriage?” Online affairs, pornographic sites playing greater role in divorces,” Press Release (2003) re: report from American Academy of Matrimonial Lawyers; and Pamela Paul, “The Porn Factor,” TIME Magazine (January 19, 2004). 

[100] Barbara A. Steffens and Robyn L. Rennie, “The traumatic nature of disclosure for wives of sexual addicts,” Sexual Addiction & Compulsivity 13 (2006); Barbara A. Steffens and Marsha Means, Your sexually addicted spouse: How partners can cope and heal (2009); and Kleponis, Integrity Restored, 102-110. 

[101] Paul J. Wright et. al., "More than a dalliance? Pornography consumption and extramarital sex attitudes among married U.S. adults," Psychology of Popular Media Culture 3.2 (2014): 97-109; and S. Stack, I. Wasserman, and R. Kern, “Adult Social Bonds and Use of Internet Pornography,” Social Science Quarterly 85 (2004): 75-88. 

[102] Paul J. Wright et. al., "More than a dalliance? Pornography consumption and extramarital sex attitudes among married U.S. adults," Psychology of Popular Media Culture 3.2 (2014): 97-109; and S. Stack, I. Wasserman, and R. Kern, “Adult Social Bonds and Use of Internet Pornography,” Social Science Quarterly 85 (2004): 75-88. 

[103] Valerie Voon, et. al., “Neural Correlates of Sexual Cue Reactivity”: this study, cited above, found greater than average sexual impairment and dysfunction among male compulsive pornography users (average age = 25) in their intimate relationships, although not when using pornographic material. See also Kleponis, Integrity Restored, 66-67; Zimbardo, Man Dis(connected), 107-110; Gary Wilson, Your Brain on Porn: Internet Pornography and the Emerging Science of Addiction (UK: Commonwealth, 2014), 27-36; and Gary Wilson, “Why do I find porn more exciting than a partner? Neuroscience reveals how Internet porn can trump real sex,” Psychology Today (Jan. 17, 2012). 

[104] C. Sun, et. al., “Pornography and the Male Sexual Script”; and Eunjung Ryu, “Spousal Use of Pornography and Its Clinical Significance for Asian-American Women: Korean Women as an Illustration,” Journal of Feminist Family Theory 16.4 (2004): 75-89. 

[105] Michael Malcolm and George Naufal, “Are Pornography and Marriage Substitutes for Young Men?” Institute for the Study of Labor (November 2014); and Mark Regnerus and Jeremy Uecker, Premarital Sex in America: How Young Americans Meet, Mate, and Think About Marrying (Oxford: Oxford University Press, 2011), 93-100. 

[106] Pornography use has been shown to be correlated with greater acceptance of sex before marriage in general: J.S. Carroll, et. al., “Generation XXX: Pornography acceptance and use among emerging adults,” Journal of Adolescent Research 23.1 (2008): 6-30; and P.J. Wright, “American’s attitudes toward premarital sex and pornography consumption: a national panel analysis,” Archive of Sexual Behavior 44.1 (Jan 2015): 89-97. 

[107] Pape François, Message pour le Carême de 2014, 26 décembre 2013. 

[108] As quoted in Antonio Spadaro, S.J., “A Big Heart Open to God: The exclusive interview with Pope Francis,” America (Sept. 30, 2013). 

[109] Cf. Pape François, Evangelii Gaudium, N° 3, et la bulle d’indiction pour le jubilé extraordinaire de la miséricorde Misericordiae Vultus, (11 avril 2015). 

[110] See USCCB, When I Call for Help: A Pastoral Response to Domestic Violence (1992, reissued 2002). 

[111] In cases where there is a pattern of ongoing, violent abuse, healing a marriage may not be possible. As already stated, it is vital to remove oneself from any danger, to ensure one’s safety and the safety of one’s children, and to seek appropriate help and support. 

[112] Pape St Jean-Paul II, lettre encyclique Evangelium Vitae N° 97. Voir aussi le Conseil Pontifical pour la Famille : « Vérité et signification de la sexualité humaine : Orientations pour l’éducation en famille », 8 décembre 1995. 

[113] The Charter and other information about the Church’s work to protect children and young people can be found at http://www.usccb.org/issues-and-action/child-and-youth-protection/charter.cfm